Bienvenue à l'Estréchure 32
12346
Diaporamas > Village Ecarts Manifestations Marchés Rivières Ponts Fontaines Transhumance informations légales

 

fleurs2

 

 

 

L'Estréchure : Les Petits Messagers

 

Le phylloxera

 

N°9 de septembre 1924

 

vendange

 

 

A propos de vendanges, histoire vraie.

 

C’était il y a bien longtemps, l’orgueil de M. FERRARY que sa vigne si bien cultivée ; bons ceps français s’étalant au coteau en plein soleil, raisins magnifiques. Et quand sa journée de maçon finie, M. FERRARY laissait là truelle et marteau, quelle détente pour lui d’aller soigner sa vigne.
Mais depuis quelques années, un mal implacable s’étendait sur toute la région. De ci, de là, dans les vignobles de Bourgogne, des taches livides s’étendaient. La terrible maladie, le phylloxéra faisait ses ravages. On arrachait les ceps attaqués, on les brûlait ; la maladie n’en prospérait pas moins. On essayait des remèdes ; on injectait dans le sol du sulfure de carbone ;
On cherchait, on croyait trouver, enrayer le mal. Mais d’année en année, de mois en mois, de proche en proche, la tache s’étendait, et M. FERRARY, devant cette dévastation, se désolait.
Le jour vint ou sa vigne, sa belle vigne fut attaquée à son tour. Un soir, il s’assit morne et découragé. Il avait cru un moment trouver le remède suprême. N’était-il pas maçon. Il avait arrosé ses souches malades avec de la chaux vive. La vigne n’en était, hélas, que plus malade.
Il rencontra le lendemain un vieux professeur du collège, M. DAVID, qui, voyant son ami chagrin, lui en demanda la cause. « - Venez avec moi, mon ami, lui dit-il après l’avoir entendu. Je vais vous montrer l’ennemi ». Ils entrèrent chez le professeur qui saisit une forte loupe, un fragment de racine de vigne et lui fit voir l’auteur de tant de mal. « - Le plus triste, ajouta-t-il, c’est que rien n’y fait. Il est probable que toutes nos vignes y passeront ». - « Mais que faire alors Monsieur ? ». « - Que faire, mon ami ? une seule chose. Remplacer nos vignes par du plant américain. C’est le seul qui résiste au mal. Pas mal de vos voisins l’ont fait. Ecoutez mon conseil et vous vous en trouverez bien. ».
Notre maçon écouta ce conseil et s’en trouva très bien.
Il est un phylloxéra qui exerce bien d’autres ravages. L’ennemi invisible qui ronge les racines de notre humanité semble invincible. On essaye contre lui, depuis des siècles, bien des remèdes et rien n’y fait. Il y a pourtant un moyen radical et merveilleux. Le cep résistant est à notre disposition. «  - Je suis le vrai cep » disait celui que la maladie du péché n’a pas atteint.
Nous pouvons en devenir les sarments. Puisses-tu t’en souvenir par ces temps de vendanges.

Greffé sur ce cep, par la main du divin vigneron, comme notre maçon tu t’en trouveras bien.

 

Origine des "Petits Messagers"

top

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

     
 
bd40
bd41
bd42
bd43
bd44
bd45
bd46
bd47
bd48